Etudes techniques

Étude relative à l’élaboration d’un guide référentiel pour aménagements de sécurité routière en milieu urbain

Le CNPAC a lancé durant l’année 2013, une étude pour l’élaboration du guide
référentiel pour aménagements de sécurité en milieu urbain. Il s’agit notamment des
aménagements des espaces de déplacement des piétons, de la signalisation, des
pistes cyclables, etc.
L’objectif recherché est de favoriser l’adoption de documents normatifs et de systématiser les aménagements sécurisés dans les projets de voirie urbaine existants et futurs.
Ce guide référentiel pour aménagements de sécurité routière en milieu urbain traitera les volets suivants :
1- Sécurité des carrefours giratoires
2- Sécurité des intersections
3- Aménagements pour piétons
4- Pistes et bandes cyclables
5- Aménagements de sécurité aux abords des établissements scolaires
6- Aménagements de sécurité aux abords des hôpitaux et des bâtiments administratifs
7- Aménagements de sécurité aux abords des centres commerciaux et de loisirs
8- Aménagements de sécurité aux abords des gares routières et ferroviaires
9- Aménagements de zones de stationnement
10- Aménagements liés à la réduction de la vitesse
11- Sécurité de la voie par rapport à sa dimension
12- Sécurisation des zones de travaux (signalisation temporaire)
13- Signalisation routière
14- Aménagements de Sécurité dans les intersections avec le Tramway ou les Lignes de Bus à Haut Niveau de Service (BHSN)

Études relatives à l’identification des zones d’accumulation des accidents survenus en milieu urbain

Ces études s’inscrivent dans le cadre des efforts d’accompagnement du CNPAC au profit des collectivités locales pour améliorer la sécurité routière en milieu urbain. En effet, l’objectif de ces études est d’approfondir davantage les connaissances sur la problématique des accidents de la circulation en milieu urbain et de proposer des solutions adéquates.
Durant la période 2005-2011, le CNPAC a réalisé ce genre d’études dans plusieurs villes, à savoir : Casablanca, Fès, Rabat-Salé-Témara, Oujda, Meknès, Agadir, Marrakech et Laâyoune.
Ce genre d’étude s’effectue en 3 missions :

MISSION I : Diagnostic statistique, cartographie et localisation des accidents de la circulation durant les 5 dernières années
Cette mission comportera les 3 volets suivants :
• un diagnostic global sur le plan accidentologique où il s’agira, pour les 5 dernières années de traiter.
• Elaborer, à partir du fichier statistique national, des formulaires et des Procès-Verbaux des accidents, des cartes annuelles : On fait dans cette étape appel aux techniques SIG pour l’élaboration et l’édition de cette cartographie. Le SIG doit comprendre l’ensemble des informations concernant l’accident et doit être également actualisable pour assurer un suivi des accidents et victimes.
• Identifier sur les dites cartes annuelles, les zones d’accumulation des accidents et victimes de la circulation (ZAAC)

MISSION II : Analyses approfondies des zones d’accumulation d’accidents, enquêtes
et observations En vue de mieux connaître, expliquer et comprendre la problématique des accidents de la circulation survenus en milieu urbain et par voie de conséquence proposer des actions et mesures à même de contribuer à juguler le fléau des accidents, des analyses, enquêtes et observations sont menées sur le terrain :
Etape 1 : Analyses approfondies.
• Une analyse approfondie de 10 zones d’accumulation des accidents et victimes.
• Une analyse approfondie de 3 échantillons de P.V. représentatifs des problèmes de sécurité
Etape 2 : Enquêtes et observations :
Elles sont de deux ordres :
• sur les zones d’accumulation d’accidents, par des retours sur le terrain pour des observations délimitées par les hypothèses sur les facteurs d’accidents liés à l’infrastructure, à l’organisation de la circulation et à certains comportements locaux (vitesse des véhicules, stratégies de traversée des piétons, aménagements piétonniers…;
• pour les questions émergeant des problèmes de sécurité se rapportant à une thématique particulière, des observations ou enquêtes par questionnaires, visant à estimer la fréquence ou comprendre l’origine d’éléments comportementaux supposés accidentogènes.

MISSION III : Synthèse et propositions Sur la base des résultats des 2 missions précédentes, un rapport est élaboré dans lequel, où doit figurer :
• L’identification des problèmes par degré d’importance.
• La synthèse générale des résultats de l’étude.
• La matrice de recommandations, de mesures, d’actions et de solutions techniques, l’échéancier de la réalisation et le coût estimatif de l’opération.

Étude relative à l’élaboration du système d’information interne du CNPAC

Le CNPAC a lancé en 2011 cette étude en vue de concevoir un système d’information global capable de porter les missions actuelles et de supporter les évolutions stratégiques futures
• Implémenter un système d’information performant et adapté aux besoins d’évolution du CNPAC.
• Déployer rapidement et efficacement les applications informatiques requises par les utilisateurs du CNPAC.
• Faire évoluer progressivement l’organisation et les processus de la fonction Système d’Information.
• Permettre de développer l’informatique de production du CNPAC en élargissant la couverture fonctionnelle du système d’information.
• Mettre en place une plateforme de développement et d’exploitation répondant efficacement et rapidement aux demandes des utilisateurs.
• Assurer l’ouverture du CNPAC vers ses partenaires et développer des services de proximité.
Synthèse mission 1 :
La mission «Analyse de l’existant » a permis d’identifier les axes d’améliorations techniques et organisationnels à adresser et à lister d’une manière globale les différents besoins fonctionnels de CNPAC. Ces besoins seront approfondis durant la
mission suivante du projet.
Les conditions de succès de cette étude requièrent une évolution des méthodes et de l’organisation de service de Systèmes d’information, mais également les divisions métiers « utilisateurs des applications à déployer ». Il est notamment nécessaire de développer rapidement, au sein du CNPAC les compétences et la culture de gestion de projet et les bonnes pratiques sur lesquels les équipes pourront s’appuyer pour réussir à identifier et classifier les besoins et mettre en oeuvre des différents projets qui seront retenus.
La mission suivante de l’étude permet d’approfondir et de formaliser le futur système d’information du CNPAC, d’analyser et proposer différents scénarii fonctionnels, techniques et organisationnels pour réaliser le futur système d’information, permettant de décliner de façon concrète la mise en oeuvre portefeuille des projets, ainsi que les moyens humains, financiers et organisationnels à considérer.

ETUDE DES VILLES DE RABAT SALE TEMARA

La seule modification d’un panneau de vitesse n’est pas garante d’un changement dans lecomportement de l’usager. C’est plutôt l’ensemble des caractéristiques présentées qui ont uneinfluence sur la vitesse pratiquée.

Quelle limite de vitesse doit-on afficher sur tel section de voirie, dans tel secteur urbain ?C’est cette question qui intéresse les responsables municipaux qui se voient souvent partagés entre une demander d’abaisser la limite de vitesse pour des raisons de sécurité et, d’autre part, certains conducteurs réclament des limites de vitesse plus élevées pour diminuer les temps de parcours.

La vitesse est un sujet controversé par excellence. Le besoin d’un Guide pour faciliter et rationaliser la prise de décision concernant le réseau de voiries urbaines est à l’origine du cette étude et de cette troisième mission.

Le présent guide se rapporte aux voiries urbaines dotées d’un nombre de voies paire (2xn voies n étant inférieur à 4). Les voiries à trois voies constituent, à Rabat des cas particuliers et méritent une analyse complète et rigoureuse, qui dépasse le cadre de ce guide.

Le présent guide porte sur cinq volets et est divisé en plusieurs chapitres :

  •  le cadre légal des limites de vitesse et des dérogations ;
  •  l’objectif et les principes de la détermination des limites de vitesse ;
  •  le rôle et l’importance des limites de vitesse ;
  •  la méthode de détermination des limites de vitesse sur le réseau urbain ;
  •  les mesures pour réduire la vitesse excessive.

Télécharger le document

ETUDE DANS LA VILLE DE OUJDA

La genèse des accidents et victimes au fil des années montre que l’insécurité routière sera un enjeu majeur et un défi à relever pour les décennies à venir. Dès lors, une politique de sécurité routière doit s’inscrire dans une vision à long terme, tenir compte des vrais dysfonctionnements et impliquer l’ensemble des acteurs concernés.

Ces principes fondamentaux ont animé l’action des pouvoirs publics qui ont lancé depuis 2004 le premier plan stratégique intégré (PSIU) 2004-2006 qui a marqué une rupture et un changement dans la gestion du dossier de la sécurité routière au Maroc. La présente étude a pour objectif d’approfondir la connaissance à propos des accidents survenus dans la ville d’Oujda durant une période de 5 ans s’étalant entre 2004 et 2008 en faisant ressortir les véritables dysfonctionnements d’insécurité routière ainsi que les propositions des solutions pour y remédier. Les résultats de cette étude montrent que le comportement de l’usager n’est pas la seule cause. D’autres dysfonctionnements relevés liés à l’infrastructure et à la signalisation ont une part de responsabilité importante dans l’insécurité routière de la ville.

Plusieurs catégories d’usagers de la route ayant des spécificités différentes coexistent dans le même espace sans aucune répartition équitable. Ce constat omniprésent dans les différents modes de circulation génère un risque élevé, notamment pour les usagers vulnérables : piétons enfants, piétons vieillards et usagers des deux roues.

Télécharger le document

slide_template:
default



Log In

Create an account